« Le monde change. Et c’est une bonne nouvelle ! Après des décennies de consommation effrénée, de gaspillage, de pollution et de destruction, de nouvelles initiatives naissent partout dans le monde dans tous les domaines et proposent de vivre désormais en harmonie sur notre planète et sans compromettre notre avenir.

Ce nouveau siècle qui arrive, malgré le danger, le bruit et la fureur qui le caractérisent encore, se révèle passionnant et enthousiasmant par la créativité et l’audace de toutes celles et ceux qui ont choisi de s’engager pour un monde meilleur. Nous savons que nous serons bientôt 10 milliards, mais qui sait déjà comment nous allons pouvoir tous nous épanouir ensemble ?

Voici des dizaines d’entreprises et d’organisations pionnières ainsi que des portraits des personnalités précurseurs qui nous guident vers le beau et le bon monde de demain, qu’il s’agisse de finance, de mode, d’art, de cuisine, de tourisme, d’école, d’énergie, d’agriculture, de biotech… »

 

 

Parmi les nouveautés sorties fin mars 2020 aux Editions Cent Mille Milliards, on retrouve cet essai qui apporte des éclairages sur l’avenir au travers de stories, où sont décrits à la fois des problèmes et leurs solutions.

Le livre est disponible gratuitement jusqu’au 15 avril sur toutes les liseuses et appareils, vous trouverez le lien sur le site, avec la possibilité de lire le premier chapitre directement !

Un court extrait pour vous présenter des thèmes abordés :

#TimeToMarket. Parce qu’elle est le deuxième plus gros pollueur de la planète mais aussi du fait de sa visibilité sans égal dans les médias comme sur les réseaux sociaux, la mode est la première industrie ciblée par les ONG. Elle se trouve aujourd’hui à l’avant-garde de la lutte pour la protection de l’environnement mais aussi contre le réchauffement climatique pour se mettre au service de la communication du développement durable aux côtés des ONG qui la combattent depuis des décennies.

Pour lutter contre l’utilisation abusive des cartons et plastiques, les marques suppriment les emballages et suremballages pour proposer des packagings réutilisables. La consigne qui avait disparu au début des années 1960 fait sa réapparition. Des pailles aux cotons-tiges, c’est la fin des plastiques à usage unique.

La guerre à l’obsolescence programmée est également déclarée, Apple et Samsung se sont déjà fait condamner devant la justice. En règle générale, les utilisateurs savent qu’il faut se méfier de ces petits compagnons connectés qui partagent leurs informations avec tous les commerçants de la planète. Des appareils doublement toxiques fabriqués à partir de terres rares dont le traitement est hautement cancérigène, et qui sont le plus souvent extraites par des enfants évidemment sous-payés. Les internautes doivent aussi maîtriser la pollution numérique liée au stockage de leurs mails, photos et vidéos extrêmement polluants.

La distribution des biens et des idées se transforme pour se digitaliser, les hypermarchés ferment pour être remplacées par des Pure Player comme Amazon, Alibaba ou Veepee. En ville, les pieds d’immeubles changent de destination pour accueillir les productions des Associations pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne (Amap), Made in chez Eux, des Repair cafés, mais aussi des bureaux et des habitations.

L’Europe qui a délocalisé ses emplois en Asie sans autre contrepartie que l’exportation de sa pollution en paye les conséquences. Ses industriels « compensent » aujourd’hui leurs émanations carbones, le plus souvent en plantant des forêts ou en s’engageant pour la protection de la nature et de ses animaux.

Formatée par les marques de luxe, une nouvelle consommatrice apparaît, je l’appelle « la Perruche ». Adepte du « en même temps », elle est douée d’un comportement bord schizophrénique. Fidèle amie des animaux, elle n’achète plus de fourrures ni de cuirs exotiques. Préoccupée par la sauvegarde de l’environnement, elle a été la première parmi ses copines à s’offrir une gourde. Concernée par sa santé, cette flexitarienne est à la recherche du parfait menu bio sans viande rouge équilibré en protéines végétales/protéines animales, mais n’est pas contre un McDo, à l’occasion. Partisane de ne « rien acheter de neuf pendant un an », il lui arrive de faire un tour chez Zara pour compléter sa panoplie vintage. Et si elle s’adonne au yoga ou à la méditation, elle ne refuse pas un rail de cocaïne entre amis, si ça se présente. Ni contre un voyage en jet malgré le flygskam.

Si la pensée quantique respectueuse et altruiste est devenue le discours dominant des marques et des millennials pourtant très centrés sur eux-mêmes, ils sont aussi appelés Babys ou snowflake, la génération GAFA issue du croisement de la finance et de l’intelligence artificielle travaille de son côté à la recherche de son immortalité et investit dans « l’homme augmenté » égoïste qui devrait voir le jour en 2075.

Dix milliards | La déferlante durable est un essai de 334 pages, paru aux Editions Cent Mille Milliards en mars 2020, disponible en version numérique et papier (format 187×229).

 

0 réponses

Répondre

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.