#urgences 15
par KGM

Seul à mourir par 100 000

Chroniques d’un naufrage annoncé, partout en France, le 22 avril 2020

Avertissement:

  1. Les chiffres qui figurent dans ce texte et leurs extrapolations sont approximatifs, comme les mots qui les portent et ceux qui en dérivent. En toute subjectivité, je suis incapable d’être entièrement objectif lorsque mon objectif est de faire des comptes sur le sujet « homme ».
  2. Le sujet est grave, mais je ne fermerai pas la porte à l’humour, qui est lui aussi, universel. Je l’invite ici, avec l’intention de n’offenser personne, parce qu’il m’aide à respirer. Humour et gravité ne sont pas incompatibles, comme en témoigne cette citation qui tombe à pic : « Je sais calculer le mouvement des corps pesants, mais pas la folie des foules. » Isaac Newton

Tout va bien, le thermomètre monte, l’été va venir. Le nombre de nouveaux cas baisse, le virus va partir. Non, ça ne va pas bien dans les EHPAD (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes). En France nous en avons 8 333, en incluant les structures équivalentes. Dans chaque EHPAD, plus ou moins 80 résidents, soit 666 666 personnes en tout.

Il y a quelques jours, 45% des EHPAD avaient au moins un résident testé positif en PCR (l’écouvillon dans le nez et dans la gorge). Les faux négatifs sont fréquents. Seule une minorité des 666 666 résidents a été testée. La pandémie progresse. Le taux réel d’EHPAD infecté (au moins 1 porteur CoVid19) peut être estimé aujourd’hui à plus de 60%, et il est hélas probable que, dans les mois à venir, ce taux va grimper. A terme, 80 à 95% des EHPAD seront touchés. Aujourd’hui, les EHPAD font peur parce qu’ils sont les principaux foyers extrahospitaliers de culture du CoVid19 et les premières sources de contamination du monde extérieur via le personnel mal protégé. Pour les résidents, le confinement a rompu le lien social et familial. Pour le virus, il a un peu freiné la circulation, mais pour lui, ça va, la liaison n’est pas coupée.

A terme, 80 à 95% des EHPAD, soit environ 7 000 structures, seront touchés par le CoVid19. Tous les bateaux n’étant pas cloisonnés avec la même étanchéité, touchés ne signifie pas coulés. Et même quand un paquebot sombre, les naufragés peuvent survivre, ça dépend de la capacité des canots de sauvetage. Plusieurs EHPAD dans toute la France ont déjà été décimés par le virus avec des taux de décès atteignant 30 à 40% et pouvant encore grimper. Dans ces structures, les cloisons ne sont pas étanches, et le personnel est à la fois victime et vecteur. Victimes et vecteurs,  ces aides-soignantes et ces infirmières, je les ai vues, je les ai écoutées, je les ai soignées parfois. Je les ai vues travailler sans gants, passer d’un résident à l’autre, d’un couloir à l’autre, d’un étage à l’autre, éreintées, courbatues, fébriles. Je les ai écoutées, face à moi et au téléphone, raconter leur épuisement, leurs symptômes et parfois ceux de leurs maris contaminés, leur impuissance, leur culpabilité. Je leur ai prescrit des transports pour l’hôpital, des tests, des scanners thoraciques.

Parmi les EHPAD, il n’y aura pas, espérons-le, de véritable Titanic (67% de décès le ‎14 avril 1912). Mais, l’actuel record de 40% de mortalité pourrait être approché, égalé voire dépassé sur les navires souillés et sans cloisons étanches. Sur certains de ces bâtiments, on s’excite enfin pour faire le ménage, on aménage des cloisons vite fait, on déménage les passagers : tous ces tousseux qui toussent à tribord ! Mais c’est trop tard pour changer de cap. On sauvera quelques naufragés, mais on n’évitera pas le naufrage de ces résidences-là. Elles n’ont pas toutes atteint la même étape, mais elles appartiennent à la même flotte, elles suivent la même route que leurs semblables et c’est écrit, elles s’échoueront grave, sur la même grève, et déploreront  30 à 40% de pertes.

À l’opposé, certains EHPAD seront-ils épargnés par la tempête ? L’isolement complet (résidents et personnel) comme on l’a vu à Mansle (Charente), est à la fois héroïque et insuffisant. Héroïques, ils (elles, surtout) sont resté(e)s sur place jour et nuit, ont dormi sur des matelas par terre, durant des semaines. Insuffisant. La pandémie va durer… Un bateau ne peut rester seul en haute mer bien longtemps. Une petite escale à Brest a suffît pour ensemencer le porte avion Charles de Gaulle et contaminer l’équipage.

Les maisons de retraites sont toutes en isolement, chacune avec son bouclier à trous. Certaines se protègent mieux que d’autre, mais aucune n’est imperméable. La quarantaine, seule, est insuffisante. Il faut qu’une fois à l’intérieur de la structure, le virus ne se ballade pas où il veut.

Il existe des EHPAD compartimentés, j’en ai vus. J’en ai vus, où les Alzheimer avancés sont réunis au deuxième étage, chacun bouclé dans sa cellule, certains sanglés pieds et poignets, « c’est pour ne pas qu’ils tombent, je l’ai signalé au juge des tutelles, elle m’a dit qu’on n’y pouvait rien »…

Quand les résidents sont cloitrés dans des compartiments aseptisés, quand les soignants changent de gants et astiquent les poignées de porte en franchissant les seuils, alors les virus se baladent moins dans les couloirs javellisés. S’ils arrivent à entrer dans la résidence, puis dans une des chambres, enfin à pénétrer dans la personne qui occupe la chambre, ils sont cloîtrés à leur tour dans ce corps déshydraté. Même s’ils n’apprécient pas le café soluble du matin, les flocons de purée du midi et la soupe lyophilisée du goûter, ils sont mariés à leur hôte pour la vie. Dans ce genre d’EHPAD, le taux de mortalité sera faible, moins de 5%. Je veux y croire.

Comme c’était le cas en 2003 avec la canicule, le nombre de morts variera d’un endroit à l’autre, un peu ici, beaucoup là, je m’en souviens beaucoup. En additionnant ici et là, un peu plus beaucoup, ça fait beaucoup. À ce train-là, 5% ici, 40% là, soyons optimistes, on va rehausser la sécurité, augmenter la distribution des gants, monter des cloisons, pour baisser la mortalité… À ce train-là, ça nous mène peut être à 15% de perte : 100 000 morts dans les EHPAD…

Mourir seul et à la fois multiplié par 100 000, c’est trop et ça semble impossible. Je me suis trompé. Dites-moi que je ne sais pas compter. Dites-moi que les aides-soignantes vont recevoir des containers de masques et de gants, des palettes de gel hydro-alcoolique et de désinfectant de surface, et qu’elles vont les consommer sans modération, quoi qu’il en coûte…

Ne me dites pas que c’est encore pire que ce que j’ai calculé. Je ne peux pas croire qu’ils vont se baser sur la recherche du virus dans le nez, pour conclure en se congratulant que les négatifs sont tous indemnes et non contagieux. Je préfère ne pas entendre qu’ils vont les remettre au réfectoire et au parloir, pour qu’ils soient entre eux et avec leur famille, mains nues à visage découvert. Ne me dites pas que les soignants qui vont se joindre à eux, vont continuer à s’exposer sans bouclier, pour rester jusqu’au bout, vecteurs et victimes.

Je ne veux pas retourner là-bas… Mon habit de Schtroumpf à lunettes me protège du virus, mais quand je vais là-bas, je suis le seul à porter ce déguisement étanche, seul face aux autochtones qui sont nus, je veux dire qui me semblent nus et vulnérables dans leur tenue de soignant de tous les jours. Quand je vais là-bas, c’est pour pendre un goutte à goutte, décapiter une ampoule de morphinique, tuer le temps en écoutant les aides-soignantes et finalement dessiner des croix sur un certificat de décès. J’ai fait ça trop souvent depuis le mois de mars. Des croix qui comptent et que je ne veux pas compter.

Mourir seul et par 100 000 dans les EHPAD… Je ne veux pas calculer, je ne veux pas penser à ça. Assez de chiffre, racontez-moi l’histoire d’un homme qui prend sa vieille mère par la main et qui la sort de là pour la sauver. Dites-moi que quelque part un vieillard malade a souri en entendant sa fille lui dire : « Allez, viens, je t’amène avec moi, on rentre à la maison, papa. »

0 réponses

Répondre

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.