Dormons tranquille !

Samedi 28 novembre. Froid sec, soleil clair et rasant, lumière cinématographique. Ouverture des prétendus « commerces non essentiels ». Les trottoirs se réveillent doucement. Les cyclistes déploient leurs rayons et quelques autos donnent un semblant de vie aux rues. Finalement, les librairies n’ont pas été prises d’assaut, malgré les tollés bruyants déclenchés lors de leur fermeture.

De nombreuses « marches des libertés », conduites par les media contre la sulfureuse future loi sur la sécurité globale, s’ébranlent partout en France, à Paris place de la République. Elles dégénèrent tard dans la soirée. Black blocs, incendies, surenchères, violences dans tous les « camps ». Retour donc à la « presque normale », comme au vieux temps des Gilets Jaunes. On avait eu quelques épisodes de vindicte policière pendant la semaine.

Ca sent bon le « monde d’avant ». On penserait presque aux vacances. Mais attention, pas de ski à Noël, sauf à ressortir les peaux de phoque du placard et retrouver les vrais plaisirs de la montagne : cinq heures de marche harassante pour rallier le sommet le plus proche et mériter son déci de fendant. Nous resterons confinés de longues journées dans ces petits appartements incriminés, authentiques clusters potentiels. Les hôteliers sont encouragés à recruter des saisonniers, puisqu’ils seront aidés ! Vive la haute administration qui n’a pas songé à directement indemniser les intéressés. On évite ainsi le décompte des chômeurs. Les stations françaises sont légitimement remontées et craignent les pistes, noires ou bleues, recherchées par le gouvernement.

Caramba, le vaccin arrive ! Le feuilleton des étapes imposées aux « Big Pharma », phase après phase, tient maintenant les citoyens en haleine, comme un intense Tour de France. Les vaccinologues ont chassé les coronologues des plateaux des chaînes d’information en continu. L’Angleterre coiffe l’Europe au poteau – Brexit oblige ? – dans cette course à l’échalote, où le risque le dispute à la précaution instituée chez nous en principe constitutionnel. Nous aurons perdu quinze jours… Catastrophe ! Le pays de Pasteur est humilié, mais plus de 50 % de nos congénères semblent renâcler devant l’injection tant attendue : est-ce vraiment sûr ? En connaît-on les effets secondaires ? Quelle innocuité et pour quelle période ? Quelle est la responsabilité des laboratoires – on veut lire les contrats – ? Qu’est cette nouvelle technologie mystérieuse, le vaccin « à ARN messager » ? Ne court-on pas vers des modifications génétiques, devenir quelqu’OGM comme de vulgaires épis de maïs ? Quelle stratégie de distribution ? La chaîne du froid sera-t-elle respectée ? Mon médecin de famille sera-t-il sérieusement formé ?

Dormons tranquille !

On – qui ? – réécrira peut-être l’article 24. Le Premier ministre palabre avec les organisations de stations de sports d’hiver. Bruno (Super) Lemaire exhume la réforme des retraites. Un « Monsieur Vaccin », l’excellent professeur Alain Fisher, a été nommé. « Qu’allait-il faire dans cette galère ? »

 

Je vous embrousse très fort

0 réponses

Répondre

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.