Solstice

Semaine maussade, grisouillante et sans relief, juste animée par les turbulences pantalonesques de la « Firme » de Buckingham. Sacrés Windsor ! Rien de nouveau sous les giboulées de saison, que des broutilles. Le front de la guerre sanitaire n’emporte plus guère les foules. La vaccination patine entre de nouvelles dosettes homologuées et des effets indésirables fantasmés et non confirmés, dans un climat de guéguerre entre vaccinodromes, cabinets de médecine de ville et officines… Les doses sont là, ça nous rassure, mais on ne sait pas bien où ! Quel âge convient-il d’avoir atteint ou dépassé pour mériter de haute lutte sa précieuse potion d’élixir ? La routine, quoi !

Les titres de la presse quotidienne s’égaillent un peu dans tous les sens, au gré de faits divers parfois bénins et de déboires économiques locaux, de la fermeture d’une centrale thermique au Havre à la pénurie de maisons individuelles en Provence. On rappelle en Corse, bien sûr, qu’il faudra bien envisager de faire une campagne pour les élections territoriales : qui s’en préoccupe hors les candidats et nos concitoyens insulaires? Le Figaro découvre la baisse de natalité en France et s’en inquiète : le confinement n’aura curieusement pas produit les effets escomptés. On commémore solennellement les victimes des attentats terroristes. Routine…

La journée internationale de la femme n’a pas fait recette. Pourtant… Le drame d’une adolescente de quinze ans battue et noyée par une consœur pour une rivalité amoureuse glace. Fait divers ? N’oublions pas l’origine absurde de l’assassinat odieux de Samuel Paty, non plus que les rixes sauvages intervenues entre « bandes » sur la dalle de Beaugrenelle, à Paris, il y a quelques jours. La baston comme mode de vie, la mort à la récré comme punition ordinaire. La violence se généralise dangereusement. L’idée même de mort se banalise, paradoxe au moment où tous les pays du monde tentent d’éradiquer une pandémie planétaire, pied de nez aux matamores et aux belles âmes. Les sociétés matérialistes, consuméristes et hédonistes de la fin du siècle ont tout fait pour cacher sous un voile impudique et trompeur l’issue fatale, féconde et nécessaire, de toute vie. D’intrigants spots publicitaires promettent d’alléchantes « conventions obsèques » et fleurissent sur les écrans, pas que sur nos tombes. « Signez et mourez sans vous en rendre compte. »

La mort reste pourtant un très sérieux symptôme de co-morbidité. La craindre, l’affronter ou l’apprivoiser ? Tentons surtout de ne pas l’occulter.

Les films « nominés » pour ces étranges Césars, vendredi dernier, Césars presque glauques, Césars de l’entre-soi sans public quand les salles de cinéma sont obstinément vides, évoquent pour beaucoup le désarroi de cette jeunesse sans cap, sans repères et sans enthousiasme. Ambiance ! Heureusement que l’émouvant Adolescentes fait la part belle à Brive, la riante cité gaillarde.

On en oublierait presque la méchante Covid, dont on n’évoque bizarrement pas le spectaculaire anniversaire. Elle s’accroche encore tant qu’elle peut aux Unes locales, des tests salivaires dans les écoles aux craintes d’embouteillages hospitaliers agitées par nos ministres, sans doute réelles, mais dorénavant démonétisées. Les bougies resteront remisées.

Un peu de ciel bleu pointe heureusement dans cette grisaille : l’excellent Journal de Vitré donne quand même ses « conseils pour un beau jardin », solstice oblige. Malgré la baisse sensible du thermomètre, le temps est venu de soigner nos fleurs et nos arbres, prévoir la première tonte de printemps et la taille soignée des rosiers, en laissant très précisément trois yeux juste sous un bourgeon tourné… vers l ‘avenir. À vos boutures !

Joli dimanche enfin, où, transies sous les piqures glaçantes de la fine pluie de mars, nymphes, tricolores et éphémères sortent de leurs boites pour déloger de mystérieux ombres et d’élégantes farios des trous sombres et des courants vigoureux de nos belle rivières de première catégorie. Top départ ! La pêche est ouverte… et permise ! Ça cache quelque chose…

À nos fritures !

Je vous embrousse très fort.

0 réponses

Répondre

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.