#rien
par Jean Brousse

, , ,

Rien

Rien, rien, rien, certes sans son accent, mais avec un sympathique salut à Jean-Michel Apathie, rien, rien, rien sur les titres de la presse quotidienne régionale ou nationale qui signale quelque frémissement de l’opinion, quelqu’intérêt pour les débats en cours, hors des préoccupations super-locales. Quelques chahuts à Nantes et au Mans, les préparatifs du jubilée de la reine Elizabeth 2 au Royaume uni, quelques thèmes locaux récurrents, pouvoir d’achat, féminicides, délocalisations, et autres. Rien, rien, rien.

Seule Anne Hidalgo dans Libération, défaite par les pseudo-résultats de l’incroyable « Primaire populaire de la gauche », caraco rouge sur fond rouge, histoire peut-être de confondre le code couleur avec celui d’une rivale, Valérie Pécresse, affirme avec désespoir qu’elle est la candidate légitime de son camp. Mais qui décide, dans une République, dans une démocratie, dans une société, de la légitimité ?

Alors on débat sur les chaînes d’information en continu de la quête momentanée des candidats à la magistrature suprême : la course aux parrainages. Emmanuel Macron, le seul toujours pas candidat, semble avoir fait carton plein de ses soutiens. Valérie Pécresse, Anne Hidalgo, Fabien Roussel, forts d’une organisation solidement implantée, sont évidemment au bord de les constater, ou de constater que le Conseil constitutionnel va bientôt les constater. Jadot et Mélenchon les auront, toute pleurnicherie mise à part, et monsieur Z argue, en appelant d’un processus qu’il juge inique, mais qui aura pourtant fait ses preuves depuis le début de la Ve République. Pour Jean Lasalle, vieux renard enraciné depuis la nuit des temps, tout va bien, merci. Certes, la levée de l’anonymat des parrains rend plus difficile l’engagement des tenants d’un modèle au fond démocratique. Les maires ne veulent certainement pas mettre en péril leurs projets et leurs financements par la communauté de communes ou d’agglomération, par le département ou la région, tant ils veulent satisfaire leurs concitoyens. Il en va de la responsabilité locale, garante de la stabilité des territoires, de la réalité de la décentralisation et de l’équanimité de ses animateurs.

Les candidats eux-mêmes en font un sujet de diatribe. Et le secret sur l’avancement de leurs soutiens reste malheureusement un élément électoral bien peu pertinent. Il conviendrait plutôt que soient évoqués ou, mieux, proposés des programmes, que les électeurs aient envie de s’engager, et sachent pourquoi. Sinon, la mauvaise tentation abstentionniste rode. Reste que la discussion sur les procédures de vote, ou d’accession aux votes, garants de la force de nos démocraties, vient sur le devant de la scène. Pourtant, même si l’on sait que ces processus sont multiples et imparfaits, même si on en connait les défauts depuis qu’ils ont été mis en place, modifiés et confirmés, chacun s’accorde à reconnaître que, comme au foot, au bridge et au scrabble, même si le débat est intellectuellement passionnant, on ne change pas les règles du jeu au milieu du match. Il en va du respect des procédures démocratiques, avec lesquels chacun a loisir de jouer. Allons droit au but, on ne gagne pas la partie en regardant trop tôt le tableau d’affichage, on ne la gagne pas non plus en contestant les règles.

Sinon, rien, rien, rien… Les chroniqueurs professionnels, en panne de scoops, s’interrogent sérieusement : le steak frites est-il de droite ou de gauche ? On peine à se réjouir de la très discrète ouverture des jeux olympiques d’hiver de Pékin. Un « show pékinois piquant » quasi-hollywoodien dans le stade tout neuf, jaugé sous strict contrôle, confiné au paradis du zéro virus, là où le méchant microbe est apparu. L’extrême phobie exploitée par le régime local prive ces jeux de leur sens même. Les athlètes sont parqués à quelques centaines de kilomètres, sous la garde d’étranges scaphandriers blancs sortis de l’imagination d’Hergé ou Ian Flemming. L’essentiel était de participer, suggérait Pierre de Coubertin. Aujourd’hui, là-bas, seul le virus, complice des autorités locales, participe. Nous attendons la prochaine édition, sans doute dans un nouvel Eldorado plus conforme, peut-être bientôt dans un métavers domestiqué et dûment aseptisé, allez savoir.

Je vous embrousse très fort.

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.