À vos masques, prêts, rentrez!

Que d’eau! Que d’eau! Cet été 2021 se sera révélé particulièrement humide et maussade, au point que les Français, qui avaient pour beaucoup choisi de redécouvrir cet été leur beau pays, ont dû le parcourir en bottes et en KWay. Ils ont dû parachever en catastrophe leur précieuse vaccination et se munir du nouveau sésame, le désormais indispensable QR Code, absolument nécessaire pour déguster une portion de moules frites au fond d’un restaurant de plage balayé par les embruns ou visiter entre les gouttes les ruines d’un vieux château illuminé par un orage spectaculaire. Vacances en son, lumières et eau, ambiance maisons de pass… sanitaire. Fâcheux pour les trois millions de piscines nationales.

Le 9 août tombe le rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Alarmant. «L’évolution du climat entraîne de nombreux changements […] qui augmenteront tous avec la poursuite du réchauffement […] Ils concernent l’humidité et la sécheresse, les vents, la neige et la glace, les zones côtières et les océans.»* Incendies planétaires et inondations meurtrières. La forêt varoise, le seul coin de l’hexagone où le soleil se risque, s’embrase. L’ouragan Ida balaye la Louisiane et des trombes d’eau s’abattent sur New York.

Le 15 août, les talibans entrent dans Kaboul, sous l’œil curieusement indigné de la communauté internationale. Le pavot, comme le gaz, va augmenter grave cet automne.

Las aoûtiens désœuvrés et privés d’activités estivales gonflaient alors les rangs des manifestants «anti-vaccin», melting-pot gilet-jauni de mécontents professionnels de tous bords menés par quelques égarés du bon sens et de la notoriété, décochant sans vergogne tout excès nauséabond pour se faire remarquer dans ce moment de disette médiatique. La fébrilité gagne les champions de l’agitation. Heureusement, le 10, Lionel Messi rejoignait dignement le PSG et, le 16, Arnaud Montebourg annonçait qu’il lancerait sa candidature le 4 septembre, histoire d’en appeler aux mânes de Léon Gambetta. Une bouffée de réconfort dans ce monde tourneboulé.

En France, la pré-pré-campagne électorale a largement démarré. Quelques pré-candidats ont même déjà jeté l’éponge au bord du ring, nous abandonnant à notre avenir incertain. De nouveaux outsiders se déclarent. On ne compte à cette heure pas moins de 20 ou 25 supposés candidats, de Zemour à Asselineau, tous conscients de leur destin, prêts au sacrifice pour nous sortir de l’ornière, autant qu’aux épreuves éliminatoires d’un radio-crochet de fête votive villageoise. La république mérite-t-elle autant de légèreté?

Les ténors de la compétition ont remisé les roulottes de leurs caravanes de l’été et rodent en province les shows qu’ils nous ont préparés pour la rentrée. Avec, comme pour tous les écoliers, des trousses neuves et des cahiers encore vierges. Primaires ou pas primaires? Le Président profite du congrès mondial de la Nature pour dessiner à Marseille –quelle aubaine!– les contours d’un programme. Les télés sont en ordre de bataille. Les pros de l’observation ont révisé leurs traités de politologie, affuté leurs piques et renforcé leurs certitudes. Ils vont âprement disputer leur temps d’écran aux derniers covidologues résistants.

Vivement les exaltants huit mois à venir. Au moins on aura notre troisième dose !

À vos masques, prêts, rentrez!

Je vous embrousse très fort,

 

* Changement climatique généralisé et rapide, d’intensité croissante, GIEC, 9 aout 2021

0 réponses

Répondre

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.