« Deux mois ferme pour écouter le silence, observer les mille réactions bariolées de nos contemporains, apprécier une paix apparente, trompeuse et bien fragile, aimer ceux qu’on aime, faire la queue, goûter chaque instant d’un printemps inédit, entre cent tweets de Donald Trump, une indigestion d’informations en continu, la pavane des experts, l’évolution hypnotique de courbes mystérieuses, et le sentiment bizarre d’être étrangement “dirigés”. […] Qu’allons-nous retenir de cette impossible parenthèse ? »

Voilà ce que propose Jean Brousse au travers de son récit Deux mois ferme, un petit livre étalé sur 118 pages et sorti pour la fin du confinement. Une période de deux mois où se superposent deux mondes, celui d’avant et la promesse d’un monde d’après. On nous avait promis de jours nouveaux, mais c’est le même soleil pourtant dans le ciel.

Un livre plein d’humour qui reflète bien le regard que porte l’auteur sur notre monde, de la gestion de la crise au mode de vie de chacun.

Le 10 juin à partir de 18 heures aura lieu une rencontre signature à la galerie d’art Area – 3eme arrondissement de Paris – où ont été invité Jean Brousse ainsi que son éditeur Guillaume Wallut. Ils seront accueillis par Fumihiko Harada ainsi que Alin Avila pour cet événement.

Un dernier extrait assez révélateur et qui impose un sourire sur le coin des lèvres:

Malgré la créativité et l’agilité des dealers les marchés de la drogue et de la contrebande sont à la peine. Par contre, les ventes de tabac explosent.

Mais surtout…

Va-t-on sauver le bistrot du coin?

Va-t-on sauver la petite librairie?

L’épicerie du village?

Le traiteur chinois maltraité?

Et enfin, et surtout…

Va-t-on sauver le football français?

Va-t-on sauver le football mondial?

Va-t-on sauver la vie en la congelant?

 

0 réponses

Répondre

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.