#rappel
par Jacques Fabrizi

, , ,

Cinq mois et huit semaines

« Le nouveau variant du Sars-CoV-2 détecté en Afrique du Sud, mais aussi en Israël, en Belgique, en Allemagne, a été désigné “variant préoccupant” par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et baptisé “Omicron”. Depuis fin mai, l’OMS a choisi de désigner les différentes souches du virus à l’aide de l’alphabet grec classique. Si l’OMS avait suivi l’alphabet grec, le nouveau variant aurait dû s’appeler nu ou xi. L’organisation a communiqué samedi soir les raisons de cet évitement : “nu” se prononce comme “new” en anglais et aurait entretenu la confusion “nouveau variant” ; “xi” est un nom de famille très répandu dans le monde dit encore l’OMS. Ce nom chinois ne fait pas partie des noms les plus portés dans le pays, mais c’est celui du leader Xi Jinping. »* Ne pas blesser certains grands dirigeants de la planète quitte à faire un impair avec d’autres, mais aucune référence explicite au président de la République française : « Omacron » ! Sauf pour nos amis britanniques qui le prononceront ainsi. Pardon pour cette plaisanterie de mauvais goût, ce lapsus calami qui ferait malgré tout un excellent titre de chant gospel.

Pour lutter contre la cinquième vague qui sévit en France et en Europe, les instances sanitaires accélèrent la campagne de vaccination pour la troisième dose. L’apparition de ce nouveau variant sème la panique et, sans trop savoir si le vaccin sera efficace ou non, on vaccine à tout va. Le 16 décembre 2020, le ministre de la Santé affirmait à l’Assemblée nationale : « Les coureurs de fond savent qu’un marathon ne commence vraiment qu’aux alentours du trentième kilomètre : c’est à ce moment, appelé “le mur”, que se joue toute la course. Je ne sais pas encore à quel kilomètre de la course nous nous trouvons… » Le sait-il à présent ?

Le président de la République, le 9 novembre 2021, a annoncé la généralisation de la dose dite de rappel à l’ensemble de la population âgée de plus de 18 ans sans priorisation et acté le fait que le maintien du pass sanitaire allait être conditionné à la dose de rappel pour les plus de 65 ans. Depuis, cela génère une anxiété certaine pour la population concernée qui ne comprend pas l’utilité de ce nouvel ultimatum, alors que, majoritairement, elle est déjà double-vaccinée. Certes, ce sont des patients fragiles, mais je pense en vérité qu’ils le sont avant tout sur un plan psychologique. Alors, on se rue sur « Doctolib » pour obtenir un rendez-vous tandis que je reçois un nombre d’appels téléphoniques inouïs de patients angoissés, souvent en rupture numérique, me suppliant de les vacciner de toute urgence à l’approche des fêtes de fin d’année.

Pas d’inquiétude, le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, démissionnaire, mais toujours en poste, explique dans un mail étiqueté « DGS-Urgent n°2021-122 » la procédure à suivre. Dans un jargon technico-administratif, indigeste à souhait, il explique : « Par exemple, si je suis âgé de plus de 65 ans, que je n’ai pas effectué mon rappel au 15 décembre et que j’ai été vacciné il y a plus de 5 mois et 8 semaines, mon certificat de vaccination sera considéré comme expiré pour le pass sanitaire “activités”. » 5 mois et 8 semaines (sic !) Dans un premier temps, je me suis demandé si j’avais mal lu ou négligé un détail explicatif ? Mais non ! N’eût-il pas été plus simple d’écrire 7 mois, mais avec des mois à 31 jours comme décembre et janvier on a vite fait de grignoter une semaine. Véritable délire des autorités sanitaires destiné à complexifier une situation qui l’est déjà suffisamment de fait. Et pourquoi pas, 5 mois 8 semaines 3 jours 6 heures 12 minutes et 27 secondes ? Vous avez peut-être une chance de décrocher le loto gagnant ?

Et « personne ne songeait à lui donner tort. »**

I’m a poor lonesome doctor…

 

* Le JDD, 27 novembre 2021.
** Ignazio Silone, Fontamara, Grasset, 1967.

0 réponses

Répondre

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.