#programme
par Jean Brousse

, , ,

Programme

Le « Candidat » a donc un programme ! Qui en doutait ? Il aura bien voulu participer au « Grand Oral » organisé par TF1, véritable concours Lépine de mesures face aux enjeux cruciaux du moment. Mais, surtout, pendant de longues heures, aux «Docks de Paris», à Aubervilliers, devant quelques trois cents journalistes, il détaille son projet, un catalogue précis soigneusement powerpointé : travail, pouvoir d’achat, baisses d’impôts, éducation, recherche, écologie, santé, sécurité, et la retraite à soixante-cinq ans. Surveillons nos boîtes à lettre, nous en recevrons l’essentiel par courrier. Les concurrents s’empressent de signaler qu’il les a copiés, eux-mêmes qui lui avaient sournoisement emprunté quelques idées. Après tout, pourquoi pas, si elles sont bonnes pour le pays ! En chapeau, une vision : face au «retour du tragique… trois convictions philosophiques », la « confiance dans le progrès… l’humanisme », et surtout le « retour de la souveraineté populaire ». Évidemment, la « verticalité » jacobine innée lui a joué quelques tours, mais il ne suffira plus d’organiser des « grands débats » et autres « conventions citoyennes » sans tenir clairement compte de leurs conclusions.

Attention : chassez le naturel et il risque de revenir, au galop ou pas. Évitons le « discutons et faisons comme Je le sens ». Peut-il en tenir compte ? Voilà de quoi nourrir une campagne sérieusement étouffée à l’ombre de sondages insensibles et tristement têtus. Les « Poulidor » de la compétition s’évertuent à sortir de l’intervalle de confiance pour conquérir une seconde place très disputée. Anne Hidalgo et Valérie Pécresse, championnes des deux « grands partis de gouvernement », attendent avec frénésie l’onction enthousiaste de leurs anciens présidents, Nicolas et François, pour le moins timides. Pendant ce temps, le Président, après le sommet européen du « sursaut » envoie Castex présenter un énième le plan de « résilience », l’innovation sémantique n’a pas de limites.

Il garde avec ténacité le lien avec Vladimir Poutine, qui se rapproche dangereusement de Marioupol, d’Odessa et de Kiev. Il semble que des débuts de commencement de négociation soient envisagés. Le Tsar shakespearien en appelle à l’ « autopurification » de la Russie et provoque l’envol depuis Moscou des jets privés oligarquiens partant s’autopurifier au soleil. La guerre apporte quelques surprises : on ne sait toujours pas combien de victimes ont péri dans le théâtre de Marioupol où s’étaient réfugiés près de mille civils. Le maire de Maritopol enlevé par les militaires russes a été soudainement libéré. Marina Ovsiannikova, l’égérie russe promise à 15 ans de prison pour avoir « discrédité l’utilisation des forces armées russes » en brandissant son panneau « NO WAR » sur la chaîne pro-Kremlin Pervy Kanal n’aura finalement écopé – pour l’instant – que de deux cent cinquante euros d’amende ! C’est à n’y rien comprendre, la guerre contemporaine de l’information s’intensifie. La station spatiale tombera-t-elle vraiment ? Le spectre des menaces bactériologiques ou nucléaires rode. Au même moment, des ex-généraux surdécorés continuent de rationaliser sur les chaînes d’info les mouvements des armées russes dont les soldats seuls savent peut-être sur le terrain qui est le méchant. Joe Biden hausse le ton. Les femmes et les enfants ukrainiens fuient. Les peuples européens sont inquiets.

Omicron, provisoirement oublié en Russie, tente une percée en Chine, vers Shenzhen, où des millions d’habitants sont à nouveau confinés. Chez nous, la grippe apparaît. Les camélias, les rosiers du Japon, les crocus et les primevères irisent les jardins. La pêche est enfin ouverte. Les eaux sont encore un peu froides, mais les truites et les ombres se préparent à l’assaut des moucheurs du printemps.

Qu’ils n’oublient pas d’aller voter, dans trois semaines.

Je vous embrousse très fort !

 

0 réponses

Répondre

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.