Pilote de mer, roman dédié à la mer

L’éditeur n’est pas un marin. Ce qui ne l’empêche pas d’être fasciné par la vie en mer, ses horizons, ses engagements, ses solitudes, ses rencontres, ses peurs, ses audaces, ses beautés… La rencontre avec Philippe Metzger au printemps 2013 est l’occasion d’évoquer un métier encore méconnu du grand public, le pilote maritime. Philippe Metzger travaille alors sur un manuscrit à la trame séduisante, précise, naturelle, qui met en scène un pilote maritime confronté à un double destin, celui du navire dont il a la responsabilité alors qu’il subit les effets néfastes d’une tempête et d’une avarie mécanique, et celui de son couple, que son métier exigeant, sa passion et son dévouement exclusif pour la mer mettent à mal. 

Couverture Pilote de Mer

Pilote de Mer

Pour l’éditeur, qui se lance dans une entreprise tout autant périlleuse (mener un roman jusqu’à son succès malgré les écueils et les conditions économiques…), cette rencontre est enchanteresse. Déjà, discuter écriture avec un auteur, qu’il s’agisse de création romanesque ou de transmission de savoir, est toujours réjouissant. Ensuite, c’est le premier roman que publie Cent Mille Milliards qui n’a édité pour l’instant que des essais, un guide et des recettes de cuisine ; et publier un roman, c’est évidemment prendre un risque puisqu’il s’agit non plus de défendre une pensée ou un art de vivre mais une vision artistique de la vie (à laquelle la critique littéraire est beaucoup plus sensible). Et puis, le sujet et le public qu’il vise entrent parfaitement dans le modèle d’édition que souhaite mener Cent Mille Milliards : nouer des liens directs entre un auteur et ses lecteurs grâce à internet, ce qui implique un sujet pointu et une passion suffisamment forte pour justifier qu’une connivence se crée aussitôt avec plaisir. pilote de mer

À cet égard, d’une certaine manière, la mer est un terrain idéal. Elle occupe tout l’espace, ballotte les destins, envoûte les esprits, et tous ceux qui la prennent aiment en parler entre eux, discuter, échanger, partager. En mer, les distances s’allongent et le temps s’étire. La littérature regorge ainsi d’incroyables histoires maritimes depuis Homère. Et, franchement, Pilote de mer a bien sa place parmi ces majestueux ouvrages au long cours. Philippe Metzger a su border son intrigue et garder un cap contre vents et marées : une nuit (unité de temps), sur un vraquier (unité de lieu), un marin pense et agit contre la fatalité (unité d’action).

C’est qu’avec Pilote de mer, la métaphore est simple, efficace, plutôt plaisante : les vagues, poussées par le vent qui forcit et la tempête qui monte, refoulent inexorablement vers la catastrophe le navire marchand à la dérive, paralysé par son avarie ; ces mêmes vagues sont identiques à ces mots et ces silences qui expriment des pensées venues des profondeurs de l’âme de chacun des époux, qui brisent petit à petit l’harmonie et le destin du couple pris lui aussi dans une funeste dérive, et qui le conduisent lentement vers l’échec. Sur l’écran du radar, le marin mesure que son navire bientôt va toucher le fond, ce même fond que son couple à bout, fasciné et paralysé par ce malheur dont il se croyait immunisé, risque lui aussi de toucher… Parce que les éléments semblent échapper à la maîtrise des uns et des autres, faut-il pour autant renoncer à agir en attendant passivement que le destin accomplisse son œuvre ? Quels efforts les protagonistes, les marins chacun à leur poste comme le mari et la femme chacun à leur rôle, sauront-ils faire pour vaincre un sort insupportable et absurde ? Simple, efficace. Que dire de plus ?

Philippe Metzger aime la langue française (comme l’éditeur !). Encore « un marin qui a la manie de faire des phrases », dirait l’autre. Certes, la plupart du temps, en mer, les décisions se prennent dans la seconde et exigent une expertise et une connaissance particulière ; cependant la course des minutes et des heures demeure toujours longue, et un marin passe ses journées à attendre, le regard au loin, la pensée ailleurs. Philippe Metzger retranscrit avec justesse ce mutisme lourd de sens et de mots du marin tandis que sa pensée fore l’espace et crée des histoires, calcule des trajectoires humaines si droites et si ondulées. Le style de l’auteur est d’une rigueur et d’une simplicité qui n’est pas sans rappeler celui de ses écrivains du siècle dernier que la brume du temps a fait disparaître des rayons des librairies : Loti, Mac Orlan, Vercel… Il fait plonger le lecteur dans un réalisme captivant, pointu, composé d’ombres, d’humeurs et de technologie, d’eau salée, de métal froid et de parfums iodés, où les hommes d’équipage exécutent des ordres en quelques mots courts et gestes précis, et puis c’est le noir et le silence. Et quand Philippe Metzger embraye alors sur les souvenirs et les pensées divagantes de son héros, les mots se forment comme la houle et emportent le récit qui monte et descend les vagues de la mémoire, ça tangue, ça borde, ça barde, ça trace, ça trempe.

Enfin, avec Pilote de mer, Philippe Metzger adresse un aimable clin d’œil à Saint-Exupéry et, ça, ça ne peut pas faire de mal ! Alors oui, nous sommes en paix depuis bientôt soixante-dix ans, et la Guerre Froide est définitivement derrière nous. Mais il reste les conflits économiques, redoutables guerres d’usure toujours à l’œuvre à notre époque, jour après jour, avec leurs batailles, leurs soldats et leurs mercenaires. Le pilote maritime y joue un rôle clé : sans lui, impossible d’acheter ces produits qui viennent de l’autre bout du monde. Car c’est lui et lui seul qui assure l’accès des navires porteurs de marchandises dans n’importe quel port de la planète. Pour ça aussi, Pilote de mer est un bel hommage à la vie, la vraie ; et à la littérature, la vraie, celle qui fait rêver la vie.

Pilote de mer, publié par les éditions Cent Mille Milliards est disponible ICI. Pilote de mer sera prochainement disponible en ebook.

0 réponses

Répondre

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.