Irène Pennacchioni Léothaud

Irene Pennacchioni Leothaud CMM web
Cent Mille Milliards dans les yeux du spectateur illustration

Irène Pennacchioni Léothaud a enseigné la sociologie à l’Université François-Rabelais de Tours et à l’Université Fédérale de l’État du Ceara au Brésil. Elle a publié notamment : La Nostalgie en images, Paris, Librairie des Méridiens, collection Sociologies au quotidien, 1982, et De la guerre conjugale, Paris, Fayard-Mazarine, 1986, traduit en portugais et en espagnol.

« Sociologue défroquée comme bien de mes comparses, j’ai enseigné la sociologie de la culture médiatique en gauchiste ludique qui voulait avant tout « dévoiler les mécanismes de toutes les formes de domination », formule bien sociologique qui peut se traduire par la belle phrase de Valéry, apprendre « à tuer en soi la marionnette ». L’ultralibéralisme sans foi ni loi, sans âme ni conscience, a fini par défoncer à la barbare les portes de nos Universités, forçant les maîtres à la gestion étriquée de l’entreprise et obligeant les étudiants à perdre de plus en plus leur insouciance d’adolescents et leur curiosité pour l’aventure intellectuelle.

La sociologie est une discipline tourmentée, écartelée dans ses fondations historiques et dans sa définition entre deux voies (il faudrait dire deux tentations) qu’elle n’atteindra jamais, la science et la littérature : d’un côté donc, les mesures, les tableaux chiffrés, les statistiques en effet nécessaires, et de l’autre (car c’est un attelage où les deux chevaux sont différents et souvent antagonistes) l’observation, la description presque romanesque des comportements humains, des lois et des règles qui dictent nos conduites. Bref, il faut pouvoir bricoler, tenant compte de la nature conflictuelle de l’attelage, mais aussi de ses propres formes de curiosité à soi, assumées. Personnellement, j’ai basculé sans hésitation dans le versant littéraire, vers cette quête obsessionnelle des comportements et des moeurs, jusque dans leur plus minuscule détail ; je fais partie aussi des enfants d’après-guerre comme on dit justement, mais surtout plus justement encore, avec ma génération, des enfants de la radio, du cinéma, des chansons, de la bande dessinée, des journaux, des dessins animés, de la télévision, et Internet m’a comme les autres transformée en Chat botté arpenteur d’espaces virtuels. Enfin, résolument sans religion d’aucune sorte, j’ai toujours fait du récit, des images, de la littérature, de la fiction sous toutes ses formes, le sanctuaire d’une grande partie de mes savoirs et de mes consolations. »

Irène Pennacchioni Léothaud est l’auteur de Dans les yeux du spectateur, paru aux éditions Cent Mille Milliards.