Y’a pas que les recettes dans la cuisine!

repas-familia-plaisir-laure-bastemorand-petit-appetit.jpg

Il y a quelques années, la France a pétitionné sans relâche pour que sa gastronomie fasse partie du patrimoine mondial de l’Unesco. Le demande avait alors connu un certain retentissement – d’autant qu’elle a été couronnée de succès.

Cela confirme quelque chose que nous savons depuis longtemps : la cuisine, ce n’est pas qu’une affaire de recettes, c’est aussi un liant fort entre les personnes et les lieux. Les exemples d’associations fortes entre événement social et festin sont légions. Cela remonte probablement au temps des cavernes, quand le partage de la viande chassée et cuite ensemble n’était plus à l’origine d’âpre dispute.

En aparté, il y a d’ailleurs de fortes chances pour que les nécessités de chasser et partager la nourriture sans victimes collatérales soient à l’origine de l’émergence du langage.

Couverture Petit Appétit

Couverture Petit Appétit

Bref, tout cela pour dire que derrière un plat, il y a plus que des ingrédients : il y a une culture, une famille, un terroir… Et c’est à cette conception de la cuisine que souscrit Petit Appétit. Les recettes y sont rattachées à des personnes – une tante, une grand-mère… -, évoquent des lieux et des souvenirs. La cuisine devient prétexte à une exploration du Morvan (ou est-ce l’inverse ?), et en parallèle une plongée dans l’histoire d’une famille locale. Les plats cessent d’être des créations anonymes, mais ils se drapent d’un contexte, d’une personnalité qui les rend d’autant plus attachants. Car c’est vrai, après tout, il faut bien le reconnaître : pour les Français, cœur et estomac sont indissociables.

Lire: Petit Appétit de Laure Baste-Morand

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.