#paroles
par Claude Sérillon

Les jours qui passent, s’éternisent

A bouches cousues
Les souffles aux cœurs
Les mains gantées
Les corps de loin
L’air ennemi
Les paumes lavées
Les pas limités, les pas en rond
Le coup du masque
La quête du test
La respiration machinale
Les blouses jetées
Les compteurs de morts, les compteurs de sorties
Et les chiffres intermédiaires
Les prix des légumes
Les bénéfices des grands, les pertes des petits
La vie d’avant, la vie d’après ce que l’on ne sait pas
Les paroles en boucles
Les cercles d’experts
Les trous de mémoires des propos d’hier
Les incertitudes solides
Les infractions permises
Les douteux, les soupçonneux, les raisonneurs
Les médecins qui parlent
Les plexiglas en paravents
Le souvenir des hygiaphones
Les chez soi
Les seuls, les seules
Le vide des rues, la nostalgie des bistrots
Les photos des grands parents
Les larmes affichées
Les sonneries des téléphones
Les jours qui passent, s’éternisent.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.