#cadrage
par Jean Brousse

Cadrage débordement

Semaine politico-rugbystique en attendant le démarrage, heureusement confirmé, du tournoi des Six Nations. Après que le Premier ministre est intervenu pour démentir contre toute attente l’imminence d’un énième confinement, malgré les certitudes de médias surs d’eux, informés « desourcesure » par un « proche du dossier » ou par le proche d’un « conseiller d’un conseillé », le Président surgit par surprise dans le jeu au milieu d’un JT, court-circuite ses équipiers et, dans un magnifique cadrage débordement digne des légendaires frères Boniface, enfonce le pack pourtant compact des tenants de la restriction, savants médiatiques et mandarins affirmatifs, et trompe les lignes arrières des ministres arrimés au principe de précaution. Superbe essai en coin de l’Élysée. La transformation sera peut-être plus difficile.

À la mi-temps, John Castex, l’entraîneur du gouvernement, vient commenter le non-événement, condamné à ne rien dire, sidéré que nous puissions partir librement en vacances, non sans rappeler quand même, faut pas attiger, que si on n’est pas sage… Attention ! À son secours, le déluge des derniers jours qui n’incite guère aux promenades buissonnières. Un confinement serait évidemment périlleux dans un salon inondé par une crue insolente. Terrible histoire de l’eau et du (couvre-) feu !

Les sacro-saintes courbes refusent d’annoncer une explosion générale de la contamination, variants ou pas. Seul le désordre de la campagne de vaccination, digne des manœuvres d’anthologie de la 7e compagnie, légitime l’inquiétude et la colère ambiantes. Dans une analyse parue le 1er février, le journal Le Monde tente de décrypter « les rouages de la machine d’État » face à la méchante Covid. Pour agir, trois ou quatre ministères au moins, une mission interministérielle, « la task force vaccination », l’Agence nationale de sécurité du médicament, la Sécurité sociale, la « Direction générale de l’offre de soin », la « Direction générale de la cohésion sociale », La Direction générale de la santé, Santé publique France, épaulés évidemment par une multitude d’autorités, de conseils et de comités : La Haute Autorité de santé, le Conseil scientifique Covid-19, le Comité scientifique sur les vaccins, le Conseil d’Orientation de la stratégie vaccinale, le Haut Conseil de la santé publique, le Conseil citoyen sur la vaccination et, bien sûr, les sociétés savantes, l’Académie de médecine et l’Ordre national des médecins, eux-mêmes « accompagnés » par de nombreux et onéreux cabinets privés, et le dorénavant rituel « groupe citoyen »… Entre autres… Il doit en manquer !

N’en jetez plus. Les intrications de ces instances suffisent à soupçonner de probables dysfonctionnements. Nous nous sommes souvent gaussés des « armées mexicaines ». Devons-nous compter sur le magicien Dose ou la fée Mais-l’Usine ?

Le Président a suggéré que, à défaut de les avoir inventés, la France serait le plus gros producteur de ces vaccins attendus, si nécessaires au monde. Et ça, ça n’est authentiquement pas rien.

En attendant une inédite Saint-Valentin, gardons soigneusement nos masques. Mardi gras et carnaval obligent !

Je vous embrousse très fort.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.