#bombe
par Jean Brousse

La bombe

« L’Ukraine sous les bombes », « La guerre en Europe », les titres de la presse unanime signent sidération, effroi et colère en ce vendredi triste et noir.

« Et l’impensable s’est produit », pour l’Est Eclair. Impensable ? Pas si sûr. Dans ses messages télévisés à la Russie, programmés les 22 et 24 février, Vladimir Poutine, le joueur de go et d’échecs, autocrate assumé au faciès de Nosferatu hypercortisoné, annonçait avec malice et gourmandise les étapes d’un plan vraisemblablement nourri depuis belle lurette. Sa leçon magistrale d’histoire préfabriquée, mardi, le palindromique 22 02 2022 – était-ce un signe ? –, exprimait sa froide nostalgie de la grande Russie, ou de la regrettée URSS, celles de Pierre le Grand ou de Vladimir (tiens, tiens !) Ilitch Lénine, et le rêve d’un empire retrouvé. L’orgueilleux dictateur, grisé par de trop longues années consacrées à asseoir son pouvoir absolu, entend bien entrer dans l’histoire, au risque de l’anéantir et d’étouffer son peuple. La longévité des potentats, quelque temps illusoire, ne vaut rien au bonheur des nations. Il était temps pour lui : soixante-dix ans, c’est encore bien jeune, mais on ne sait jamais.

Et de laisser bien désemparées les démocraties occidentales : le ballet diplomatique des missions de bons offices était vain, mais nécessaire. Entre mensonges, entêtement, revanche et faux semblants, tout discours de paix rationnel était inaudible au maître du Kremlin. En leur temps, en septembre 1938, Neville Chamberlain et Édouard Daladier n’avaient pas fait mieux que leurs homologues contemporains face à une autre paranoïa, assez comparable. La raison politique envolée, les ministres et les présidents ne valent finalement pas un bon psychanalyste, selon Vincent Haigeux. Mais il eût fallu s’y prendre beaucoup plus tôt pour investir les arcanes du sur-moi de l’empereur. Les réactions se succèdent, la condamnation est universelle – sauf pour le vieux copain Xi Jinping, dont il a évidemment épargné les olympiades pharaoniques, qui garde un œil rivé sur Kiev, et l’autre sur Taiwan, c’est louche.

Les conseils de défense, les G7, les conseils européens, les conseils de l’Otan, le conseil de sécurité de l’ONU – que de conseils ! – cherchent une réponse. Ça fait beaucoup de monde autour de la table de conférence. L’Europe désunie par des intérêts objectivement divergents a failli traîner trop. Elle s’est heureusement ressaisie. Les États-Unis sont certes fermes et défendront « le moindre pouce de terrain de l’Otan », mais de beaucoup plus loin. Gaz, pétrole et blé, entre autres, sont en jeu et en enjeu. On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs, s’il en reste, et même s’il pourrait en coûter aux Européens, les affidés du néo-tsar, les « oligarques », qui le tiennent aussi par la barbichette, seraient sans doute affectés par des mesures qui contrarieraient sérieusement leurs modestes intérêts. Tout atermoiement devient complice et malvenu. Avec Poutine, tout est possible.

Notre Président, réellement plus que jamais à la manœuvre, s’obstine à chercher l’improbable solution, en soit-il félicité. « Nous en sommes à un tournant dans l’histoire de notre pays. » Mais il lui faut aussi penser à l’incontournable Salon de l’agriculture. Heureusement que le bon omicron décide enfin de se faire discret. Un clou chasse l’autre. Pas de meeting à Marseille ? De veillées d’armes en petites phrases, les troupes étaient prêtes. Aura-t-il seulement le temps de prononcer sa déclaration de candidature avant le 4 mars ? On l’attend dans la presse régionale.

Pendant ce temps, les zélateurs fidèles de Vladimir Poutine, Jean-Luc Mélenchon, Z, qui ne croyait pas à l’attaque il y a huit jours, et Marine, ont recompté leurs « parrains » et rétropédalent sec, en entamant un sacré virage sur l’aile. La campagne des Républicains a glissé sur un aboiement. Où sont les autres ?

Que feriez-vous, mesdames et messieurs, si vous étiez aujourd’hui Président de la République française ?

Je vous embrousse très fort.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.