2019 année poétique

Dans le lit, la ville, le hamac, sur le sable, le livre
s’ouvre. Le lire alors fascine, envoûte. Il agit, mage
calme et intrépide dont les formules donnent à vivre
des pensées des histoires folles ou sages.
Une lecture ne traîne pas, elle entraîne : lire délivre
du temps et de l’espace, en détourne comme tournent les pages.

L’auteur, l’autrice écrivent. Leurs mots défilent sur les pages
des brouillons, nouant dénouant pensées, doutes. On se livre
quand on écrit, on lutte contre rien et tout, on échoue, dommage,
on reprend, la page blanche sera celle de la dédicace. Vivre
de ses écrits dépasse tout, on écrit pour soi pour l’autre, étrange passage
de témoin de vie. Mais l’écriture n’est heureuse délivr

ance pour l’auteur l’autrice que si la lecture à son tour délivre
le lecteur la lectrice des maux que la vie inflige. Page après page,
les mots élèvent l’esprit, mènent ailleurs, autrefois, demain, loin du livre
aujourd’hui ouvert. D’où lire alors tire cette image
d’un ennui si lent quand l’envie de penser, de rêver, de vivre
attend chacun au fond de lui-même sage

ment ? L’édition sait sa mission : donner envie à chacun sans qu’il s’ag
ite en proie aux littéraires rentrées ou prix, aux critiques qui délivrent
leurs avis sûrs. Ah, l’aura magique du livre devant tout aréopage
impressionné ! Poésie, politique, polar : le genre d’un livre
importe, son format aussi, imprimé ou digital, présence mag
ique et agile qui à la pression médiatique tente de survivre.

Dans le salon, la cuisine, le bureau, sur la table, c’est bien de vivre
qu’il s’agit. Lire un bon livre, c’est comme boire un bon vin : être sage,
aimer vivre, partager, partir pour revenir. Presse ou tirage, l’art délivre
ses œuvres, le temps la sienne, du vin les mots expriment le cépage,
les jours font leur office, tirent du fruit le nectar, le style, le livre
qui se boit alors comme on lie un vin : à un bon fromage

C’est n’importe quoi, cette sextine ! Quel ivre mage
a guidé la main pour écrire ces vœux où vivre
délire ? Cent Mille Milliards vous souhaite d’être sage
en 2019, avec ce soupçon de folie qui délivre
de tous les malheurs du jour. Et que chaque page
lue vous soit un réconfort pour le meilleur et pour le livre.

2019 sera l’année du livre, de l’auteur, de l’autrice, celle de l’imag
ination et de la pensée. Lecture et édition nous font vivre en douce sag
esse, loin du verre de vin vide. Lire délivre la vie, 2019 en est une nouvelle page.

 

La sextine est une forme poétique remarquable qui vit autant par sa structure que par son rythme et ses rimes. Inventée au XIIe siècle par le troubadour Arnaut Daniel, elle est composée de six strophes, six vers et six mots refrains, ces derniers se retrouvant de façon mathématique à une place différente à chaque sizain. Une demi-strophe de trois vers reprend ces six mots-rimes et couronne l’ensemble. Contrainte formelle, cadence singulière, beauté rigoureuse : la sextine suscite depuis des siècles la créativité d’innombrables enthousiastes dont… Raymond Queneau, que nous affectionnons particulièrement chez Cent Mille Milliards.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.