Ça nique à Normale Sciences

J’avais rencontré Juliette à la bibliothèque des sciences expérimentales. Elle travaillait sur la courbure de Ricci et moi sur la constante de Boltzmann. Avec les femmes, je ne savais pas aller très loin dans l’analyse des espaces sans hypothèse de non-branchement et voulais éviter l’espace non-trivial. Je pris mon courage à deux mains et l’invitais à dîner chez Lena et Mimile. Après une selle d’agneau désossée à la crème de chorizo et caponata et quelques verres de Juan Gil, le courant continu finit par passer, avec une réelle levée de dégénérescence des niveaux énergétiques. Elle finit par me dire qu’elle était au fond assez d’accord pour une expérimentation :

— Je veux bien qu’on fasse un essai, mais je voudrais qu’on impose une convergence simple des distances.

Elle accepta de m’accompagner dans ma thurne. Allongés sur le lit, je l’embrassai tendrement et lui assénai un « je veux t’emmener par transport parallèle tout au long de la géodésique gamma ». Je dégrafai son soutien-gorge et obtint la mesure image de ses deux pi qui offraient un couplage optimal. Puis lui enlevai délicatement sa culotte et découvris qu’elle avait visiblement pris soin de sa tribu borélienne en passant chez l’esthéticienne la veille.

En retournant son espace euclidien, de derrière, je puis, là, contempler le spectre premier ses deux anneaux commutatifs. Je sentis immédiatement un résultat de rigidité assez positive de ma courbure sectionnelle simple au sens Karpan Toponogov. Je me rapprochai et enduisis mon doigt de mon fluide environnant à la façon du processus de Wiener. Je l’introduisis dans son espace tangent puis le remontai vers le fibré tangent. Quant à elle, ses mains se rapprochèrent de mon torseur cinématique et elle lâcha un sublime :

— Putain, t’es sur le modèle du solide indéformable, toi ! C’est pas l’aiguille de Kakeya !

Au bout de quelques minutes, nos deux géodésiques atteignirent une transformation par polaires réciproques. Je commençai un mouvement brownien de la langue sur son espace de Ceva, et c’est à ma grande surprise qu’elle sembla préférer l’injection canonique.

— Arrête de faire des calculs et manipule mes propriétés.

Ma courbure sectionnelle tendait vers un solide mesurable au sens de Lebesgue, et j’opérai une intromission euclidienne dans son anneau intègre avant d’appuyer à fond vers son isobarycentre. Ma grosse particule rencontra ses molécules de fluide. Ce fut un vrai écoulement de Couette. Régulièrement, je changeai la fréquence angulaire et ressentis avec mes ondulations façon Tchebychev les petites déformations proportionnelles à la sollicitation et la permittivité diélectrique isotropique. Il faut dire qu’une liaison pendant mon stage à l’Université impériale de Tokyo sur le lemme d’Itō avec une mathématicienne japonaise, Akimi Mochizuki, m’avait permis d’acquérir une réelle maîtrise du théorème des accroissements finis. Je gérai donc assez finement le laplacien de la fonction de distance. Inévitablement, à mesure de l’évolution du déterminant jacobien de l’exponentielle, elle finit par gémir et ânonner :

— Mmmmm, je suis en train de partir de local vers global…

Puis :

— Oh, tu courbes l’espace-temps, mon amour !

Je lui enjoignis de relever son bassin pour augmenter son coefficient de distorsion. A un moment donné, à cheval sur moi, elle se retourna et m’offrit une non-linéarité de ses placements convexes. J’étais en transe. Une vraie formule de Bochner. J’espérai sans trop y croire qu’elle accepte que je m’occupe de son anneau quotient. Cela me permettrait d’atteindre un idéal maximal, espérons-le sans rencontrer de corps résiduels. Je tentai donc une excursion brownienne normalisée vers son anneau quotient mais dès que j’approchai ma courbure sectionnelle de sa surjection canonique, elle me susurra:

— Ne me fais pas la topologie de Zariski, s’il te plaît. Je préfère la droite d’Euler du triangle.

Soit. Restons dans l’espace topologique de Baire et son union dénombrable de fermés d’intérieurs vides.

— Chéri, je sens que je vais avoir sigma positive à la limite, là.
— T’es un opérateur plus, une vraie étoile de Kleene !

Pour éviter de dériver en delta = zéro, je me répétai les formules clés de De lineis rectis se invicem secantibus statica constructio de Bernardo José Zaragoza y Vilanova. Mais je sentis que le flot m’emmenait tout droit vers la dérivée de Lie.

— Est-ce que tu souhaites un recouvrement ouvert ou je t’envoie mon fluide incompressible dans les entrelacs de Hopf ?

Elle ne répondit rien. Le regard vague, telle une fonction continue nulle part dérivable. Je m’étais promis d’éjaculer centré en x mais j’étais dans un état transient, et la trajectoire de mon système se dirigea sur sa sublime base orthonormée. C’est là que je l’inondai, tel Hermann Sprengel, de la somme de l’ensemble R contenant tous mes entiers naturels. Épuisé, je repris mon souffle, les yeux perdus dans le référentiel galiléen. Mais elle se rua sur la douche alors que je m’imaginais que nous étions sortis une bonne fois pour toutes du cercle de Mohr. Elle se rhabilla, et je découvris que, malgré tous ces efforts, nous étions sur un plan diagonal bitangent ou, dit autrement, sur une interaction électrofaible. Alors qu’elle laçait ses tropéziennes, elle me dit avec aplomb :

— Nos graphes ne sont peut être pas orientés. On va peut être rencontrer des arêtes multiples.

J’étais abasourdi. Une vraie onde plane.

— Mais laissons les flots dans les réseaux. Je n’ai pas envie d’être un demi-groupe ! Tu sais, je crois vraiment que je t’aime, matrice stochastique. Et puis, nous ne sommes pas des automates finis déterministes.

— D’accord, mais il n’y a quand même pas de vraie isopérimétrie entre nous…

Je pense au fond que l’amour n’est souvent qu’une confusion entre l’image réciproque et l’image directe.

— J’espérais pourtant qu’il exista un scalaire tel que nos deux vecteurs soient colinéaires. Mais bon. Peu importe. Il n’y aura pas de partie singulière de mu multipliée par la valeur dérivée de mu à l’infini.

Elle attrapa son sac et se dirigea vers la porte. Je me levai. Furieux. Sur le palier, je lui criai :

— Corps de rupture, va ! Espèce de polynôme irréductible ! Va baiser avec Bézout !

0 réponses

Répondre

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.