Christine Robion

Christine Robion

Née en Bretagne, Christine Robion vit et travaille à Paris.

« Elle dit d’elle-même que sa peinture a beaucoup en commun avec l’écriture. Le monde extérieur l’intéresse peu, pour autant elle préfère fixer sur ses toiles non pas les objets mais la mémoire événements qu’elle juge importants. On peut dire qu’elle ne dessine pas des choses réelles ou des sujets, mais leurs idées.» La petite fille sur la photo n’a jamais voulu d’une vie sans histoires.

Christine Robion a voulu fixer sur le papier son impression du monde. “Chaque jour nous faisons des rencontres dont nous ne parlons jamais. un regard, un visage, un pas dans la rue, enclenchent – ou non – une élucubration ou divagation mentale et le début d’une histoire. La plupart des rencontres s’évanouissent, interrompues, par un (non) événement de la vie ordinaire ou chassées par la suivante. ET puis certaines petites filles, sur certaines photos de l’esprit, restent. Leur histoire virtuelle continue.”

Elle est d’abord plasticienne. Depuis des années, elle réunit, dans ses œuvres fragments de lettres, journaux, cartes postales, de simples signes aussi, juxtaposés sur la toile comme figurants du monde environnant et discrets témoins d’épisodes de sa vie. Disposés en petits carrés, ils sont la multitude, l’embarras du choix, le péril de l’indifférence. E l’espace libre qui les entoure ou les disperse conduit à se poser la question : lequel a-t-il quelque chose à me dire aussi va provoquer ma lecture, c’est à dire mon imaginaire, immédiatement?

Courir après les instants présents, choisis. de ceux qui restent, et qui aident à construire une personne, un esprit, une âme. La petite fille de la photo croisent des tranches de vie d’autres personnages. Son histoire est celle du combat permanent et obscur pour conquérir ces moments choisis.

Ses livres La petite fille de la photo, La vie rêvée de Chotan B et Makronissos sont parus aux éditions Cent Mille Milliards. Le premier chapitre est en lecture libre sur la page des livres.