#chaleur par Jean Brousse

, , ,

Chaleurs

« Quand de Saint-Paterne vient la saison, la chaleur vient pour de bon. »

Pâques, printemps, poètes… Joli week-end pascal, festonné de lumineuses fleurs de pissenlits et de pâquerettes dans les pelouses rustiques aux couleurs guillerettes de prairies renaissantes. Des bouffées d’azalées, de camélias et de rhododendrons éclatent au soleil. Les cerisiers et les pommiers se parent de leurs délicates fleurs blanches et roses, les pruniers n’ont eux pas digéré les gelées tardives d’avril. Les jardins attendent avec calme la pluie de chocolats divers à dissimuler dans les bouquets de tulipes finissantes et d’iris en devenir. La chasse aux œufs est ouverte : attention aux « Kinder surprises », peut-être les premiers symptômes, avec quelques pizzas Buitoni, de la « guerre chimique » tant redoutée. Le printemps des poètes n’aura adouci ni les belligérants de l’Est, ni les élans d’une rude campagne électorale locale aux relents de déjà-vu.

Le Candidat dorénavant à temps plein laisse un instant les habits de chef de guerre du Président pour repartir à la conquête de Français orphelins de selfies. Il bataille ferme avec d’irréductibles détracteurs et tente de séduire les tenants de la retraite à soixante ans et du combat environnemental, deux fronts qui l’opposent à une adversaire obligée, elle, de convaincre et sur l’équilibre budgétaire de ses projets, et sur les champs institutionnel et diplomatique. Personne ne soulève curieusement encore que, si elle est élue, elle sera le 25 avril au matin instantanément Présidente du conseil des ministres de l’Union européenne, et devra dès lors, au cœur d’un conflit plus qu’inquiétant, défendre l’étrange et sulfureuse idée d’un accord stratégique saugrenu entre l’Otan et la Russie. Qu’en pensent Xi Jinping et Kim Jong-un ?

Au cœur de la circonscription de Jacques Chirac et François Hollande, Tulle-Ussel, dans les contrées rugueuses du nord de la Corrèze, dans les Monédières, au bord du plateau de Millevaches, les héritiers du radical Henri Cueille portent en tête au premier tour madame le Pen, certes de quelques petits pour cent, tout juste devant le Candidat et Jean-Luc Mélenchon, tous trois dans un minuscule mouchoir de poche ! Rien n’est joué, et les partis pris des éditorialistes perdus en conjectures ne risquent pas de troubler les plus déterminés. On y verra plus clair en juin : la chasse aux sièges de députés est maintenant ouverte.

À Saint-Paterne, saurons-nous qui gouverne ?

Pendant ce temps, les Ukrainiens privés pour quelques jours du Président français parti à la chasse aux voix capturent Viktor Medvedchuk, le futur-ex président poutinophile fantoche de leur pays ravagé par les armées du Kremlin. Pour le croiseur « Moskva », navire amiral de la flotte russe, c’est touché-coulé. Le Tsar humilié bombarde Kiev : « C’est qui, le chef ? », non mais !

« Et quand le canon fume, encore chaud, sur le champ,
Seul le soldat sait, lui, qui était le méchant. »

Il y a trois ans, Notre-Dame s’embrasait.
Vincent Bollorée lance son OPA sur le groupe Lagardère.

Un joyeux rossignol trille dans le jardin.
Joyeuses Pâques.

Je vous embrousse très fort !

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.