Am, stram, gram…

Parlez-vous vaccins ? Il fut un temps où l’on enseignait aux étudiants en médecine la rigueur scientifique. Depuis l’avènement du SARS-COV2 et particulièrement depuis l’émergence des variants britanniques, sud-africains et brésiliens, cette rigueur semble sérieusement mise à mal. Les temps changent, cela n’aura échappé à personne.

La course aux vaccins débutée fin décembre 2020 se poursuit. En tête, le vaccin des laboratoires Pfizer/BioNTech, suivi de peu par celui de la firme Moderna. À la troisième place se hisse à présent le vaccin AstraZeneca. Je passe volontiers sous silence le vaccin chinois CoronaVac et son concurrent direct le vaccin russe Spoutnik V qui serait le mal-aimé, quelles que soient les opinions politiques et bien qu’aucune trace de polonium-210 n’y ait été décelée.

La campagne de vaccination piétine toujours alors que l’offre de vaccins s’élargit. Les chaînes d’informations en continu font leurs choux gras de l’actualité de l’épidémie, des vaccins et des traitements contre la COVID-19. Devrait-on d’ores et déjà s’inquiéter de leur devenir à la fin de l’épidémie ? Des animateurs, médecin de formation, à la retraite ou en activité plus que partielle, font feu de tout bois lors de talk-shows. Le défilement continu de messages prétendument informatifs en bas de l’écran complète le dispositif. Cela ne semble plus, à mon sens, relever de l’information, mais de la propagande.

Des études scientifiques publiées ou en cours de publication sont décortiquées pour ne retenir que quelques chiffres à sensation. L’efficacité des vaccins, par exemple, qui oscillerait entre 62 et 95 %. Le délai entre deux injections qui varie entre trois et douze semaines et qui remet en question le dogme d’un respect strict de l’écart entre les deux injections.

À présent, un autre critère intervient : la piste du rappel hétérologue, c’est-à-dire l’évaluation des performances d’un schéma qui reposerait sur l’utilisation de deux vaccins différents. Toutes les combinaisons sont envisagées.

Le variant britannique inquiète par sa croissance exponentielle en particulier à Metz et à Dunkerque où la situation est plus que préoccupante. Le gouvernement reprend la main et à contre-courant des recommandations du conseil scientifique, le chef de l’État a pris le pari de ne pas reconfiner. Il surveille les chiffres clés de l’évolution de l’épidémie comme un trader surveille en temps réel les indices boursiers sur ses écrans pour passer un ordre au bon moment. Le président de la République a affirmé le 21 janvier 2021 : « Nous sommes devenus une nation de 66 millions de procureurs. »

D’épidémiologistes et de « vaccinologues », me plaît-il d’ajouter ! Au point où nous en sommes de la campagne de vaccination, pourquoi ne pas proposer aux Français de choisir le vaccin qui leur sied pour la première et la seconde injection et le délai entre les deux doses ? À condition, bien entendu, de disposer de vaccins !

Ceci me rappelle cette comptine de notre enfance dont le rythme de la mélopée fredonnée et sa ponctuation viennent signifier l’élimination :
Am, stram, gram,
Pic et pic et colégram,
Bour et bour et ratatam,
Am, stram, gram,
Pic, monsieur ! Pic, madame !

I’m a poor lonesome doctor…

1 réponse
  1. Martine ETIENNE BERTOZZI dit :

    “Il surveille les chiffres clés de l’évolution de l’épidémie comme un trader surveille en temps réel les indices boursiers sur ses écrans pour passer un ordre au bon moment. “….Merci pour cet écrit …Oui le Méprisant de la République n’a pas changé son logiciel de pensée, malgré ses discours quand il vient nous souler régulièrement depuis le début de la pandémie!! Et jamais bien entendu dans cette logique de “trader” on ose penser que les firmes qui ont trouvé ces vaccins pourraient renoncer à leurs profits et abandonner les droits sur les brevets de leurs vaccins!!! (Il n’y a que la dictature de Cuba ….mais bon pas de politique….MDR) non la fortune des actionnaires c’est vitale! en même temps, il faudrait faire un sondage pour savoir combien de ces actionnaires de ces firmes ont “chopé” la Covid ?;…(humour)

    Répondre

Répondre

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.